POINT PRESSE / "Ensemble, vers l'avenir !"

partagez sur

"Le passé, le présent et le futur du club", tel était le thème de la conférence de presse qui s'est tenue au Coq wallon ce vendredi. Après quelques mots d'introduction d'Huseyin Kazanci, heureux d'avoir sauvé l'URLC et ses 350 jeunes, la parole est revenue à Antonino Caci, son adjoint. "Nous avons obtenu la licence, mais ça n'a pas été facile ! Un effort financier considérable et beaucoup de travail ont été nécessaires. A son arrivée, l'objectif premier du président était d'éviter la faillite. Il a donc épongé les dettes les plus urgentes. Un bilan complet a ensuite été effectué : les chiffres étaient catastrophiques ! La tâche a été rendue encore plus ardue par les annonces des pseudo-repreneurs, qui ont déstabilisé le CA, et par une confiance écornée auprès des partenaires. Nous avons pérennisé le club et tentons désormais d'évacuer l'image négative qu'il véhicule."

 

L'obtention de la licence est un argument de poids pour rendre sa crédibilité à l'URLC ! "Tout est en ordre, les dettes ont été en majorité réglées et les plans d'apurement son scrupuleusement respectés. Il reste environ 150.000 euros à rembourser, ce qui sera achevé dans maximum 10 mois. Un tranfert de Dieumerci Ndongala pourrait accélérer ce processus puisque le club bénéficierait d'un bonus qui serait une vraie bouffée d'oxygène. Notons qu'aucune nouvelle dette n'a été contractée sur la saison en cours grâce une gestion rationnelle en bon père de famille. Seul subsiste le litige avec l'ONSS, qui ne sera pas plaidé en 2016, et peut-être même pas en 2017. Le club n'a jamais eu accès au dossier. Notre avocat suit cela de près. Si un jugement négatif devait être rendu un jour, les administrateurs se sont de toute façon portés caution."

 

Le club peut enfin regarder vers l'avenir ! Tout d'abord en tentant d'acccéder à la D1 amateur via le tour final. Mais aussi en travaillant à la formation des jeunes. "Nous avons une liste d'attente de 60 jeunes et 25 entraîneurs qui veulent rejoindre notre centre de formation", poursuit Antonino Caci. "Nous allons procéder à une réorganisation en nommant 3 directeurs techniques au lieu d'un seul. Chacun aura un département à gérer : foot à 5 contre 5 (U6-U10), foot à 8 contre 8 (U11-U13) et foot à 11 contre 11 (U14-U16). Les U17, U19 et l'équipe réserve seront directement placés sous l'autorité du staff de l'équipe première. Le but est d'élargir la base en offrant une pré-formation de qualité dès 6 ans et de former des éléments qui feront bonne figure à terme en équipe A. Nous ne voulons plus de mercenaires. Pour favoriser la collaboration au niveau des jeunes, nous désirons également mettre sur pied une association entre les différents clubs de la région."

 

Le club était mourrant, il ne l'est plus. Pour éviter une rechute et se montrer ambitieux, l'objectif à terme étant la Pro League, les dirigeants comptent sur l'arrivée de nouveaux partenaires et sur l'appui de la Ville. "Nous avons besoin de toutes les forces vives pour ramener les couleurs de La Louvière vers les sommets.", concluait Antonino Caci avant de passer la parole à Jacques Gobert et aux différents élus présents, notamment Antonio Gava, Jonathan Christiaens et Danièle Staquet"Nous avions des doutes, soyons francs", concédait le bourgmestre. "Mais le président et son équipe ont réussi à décrocher la licence et nous les félicitons. Il faut maintenant fédérer autour de vous en capitalisant sur cette bonne nouvelle. La Ville continuera de soutenir le club via l'entretien et l'amélioration des infrastructures. 240.000 euros ont été inscrits au budget pour la rénovation des vestiaires et nous avons sollicité un subside pour renouveler le terrain synthétique."

 

>>> Accédez au DOSSIER de la conférence de presse

 

>>> Découvrez les PHOTOS des différents intervenants